Le cowboy dans les westerns

un mmoire crit par El Lobo

Retour au sommaire

Troisime Partie

 

LE COW-BOY AU CINMA

 

IV. LES GUERRES DE RANCHES

Partie 2: L'homme qui n'a pas d'toile

Man without a Star voque une situation doublement typique des guerres de ranches : le problme de leau et celui des barbels.

            Certains historiens de lOuest pensent srieusement que ces deux sujets firent brler plus de poudre que toutes les guerres indiennes. La question  de leau est bien sur de premire importance pour les leveurs et les fermiers, de quelque pays quils soient. Pagnol et Giono nont pas manqu de souligner limportance des sources et des puits pour les paysans des terres arides de Provence. Ils nont fait en cela quobserver une situation encore existante de nos jours. Ces problmes deau taient encore plus importants dans lOuest dalors, non seulement cause du grand nombre de vaches, mais surtout cause de limprcision des limites des ranches, des titres de proprits parfois inexistants, des oppositions de fait entre la loi et le droit coutumier, etc. Tous ces problmes se runissaient parfois en un ensemble dune subtile complexit dans un pays encore sauvage.- o la loi ntait souvent que lettre morte entre les pages poussireuses dun livre juridique ignor de tous, dans un pays surtout o les hommes habitus la violence rglaient leurs diffrents coups de colt et de winchester.

            En cela, "Man without a Star" est fidle une certaine ralit historique : les conflits de lapprovisionnement en eau, lintroduction  du barbel, etc. (le problme des barbels est encore plus accentu dans le remake "A Man called Gannon"). Cette authenticit du scnario na rien de surprenant si lon se souvient quil est sign Borden Chase. Dans le film, les fermiers et leveurs dun petit village utilisent le fil de fer barbel pour viter que leurs pturage ne soient ruins par llevage extrmement intensif pratiqu par Reed Bowman, riche et nouvelle propritaire dun grand ranch voisin. Par haine du barbel, dont il y porte lui-mme de douloureuses traces, Dempsey Rae prend dabord le parti de Reed Bowman (Jeanne Crain). Mais il finira par aider les fermiers et ranchers voisins dans leur lutte contre la tyrannique jeune femme. Aprs la victoire, il ne restera pas avec ses nouveaux allis, sa haine des barbels le poussant aller encore plus loin, la rechercha des derniers grands espaces.

Mais pourquoi les barbels soulevrent-ils tant de problmes ? Ils se heurtrent dabord lhostilit des anciens leveurs nostalgiques des grands espaces et des plaines infinies. Pour ceux en effet qui vcurent lpoque hroque des ranches de pionniers et des premiers grands transports de troupeaux, lide de cl6tures dans la prairie tait une hrsie. La clture est le symbole du fermier, du sdentaire, de la petite exploitation vivrire, elle soppose la libert de passage, lesprit du nomade, lindpendance des rdeurs des grands espaces. Les leveurs trouvaient bien des dfauts aux barbels pour justifier leur hostilit : cela blesse les vaches et les chevaux disaient-ils, les vers se mettent dans les blessures et les animaux meurent par centaines. Bien des cowboys emptrs dans les barbels en gardrent le souvenir cuisant et de profondes cicatrices (tel le Dempsey de" Man without a Star"). Les quelques tmraires qui les premiers utilisrent les fils maudits eurent faire face bien des dboires: incendies, malveillances diverses et bien sr arrachage et coupure des cltures. Ainsi Kirk Douglas, dcidment spcialiste des barbels, dans un magnifique western moderne de D. Mliller, coupe tous les barbels qui se prsentent. Cavalier solitaire, ignorant les autoroutes et le monde moderne, il va devant lui, mprisant les cltures qui limitent sa libert.

Mais lobstination des prcurseurs se rvla payante. Le btail apprit viter les barbes acres des fils qui se rvlrent bien utiles. Ils servirent bien sr assurer le monopole de certains points deau, comme nous la montrent nombre de westerns, car le btail a besoin de beaucoup deau aux saisons de chaleur o justement leau devient rare, aussi les heureux propritaires de points deau permanents tenaient-ils en assurer lexclusivit leurs btes pour viter que les troupeaux voisins nasschent leur bien). Mais les barbels servirent surtout aux leveurs qui les premiers introduisirent dans lOuest des races nouvelles. Nous lavons vu, les longhorns offraient, malgr leurs grandes qualits, beaucoup d'inconvnients. Certains leveurs firent venir grands frais des races trangres, soit pour les produire, soit pour les croiser et amliorer llevage local. Ceux qui se lancrent au dbut dans de telles aventures prenaient beaucoup de risques sur le plan financier, et ds lors se trouvaient peu dsireux de laisser vaches et taureaux de grand prix vagabonder en libert dans la prairie et profiter llevage du voisin. De plus, les conditions climatiques catastrophiques de la fin des annes 80 convainquirent la plupart des leveurs que lge dor des open spaces tait rvolu. Lindustrie du btail demandait une approche beaucoup plus rentable et rationnelle des problmes. Approvisionnement des animaux en hiver, production et stockage de rserves de fourrage, cration de puits, irrigation et abreuvoirs artificiels pour les priodes de scheresse, levage slectif et surveill, le monde moderne resserrait son emprise sur le Wild West. Le barbel  s'imposa dans toutes les zones dlevage. Il devint un mal ncessaire. Aujourdhui encore, au dire de certains leveurs, beaucoup de cowboys professionnels rechignent au travail des barbels et prfrent changer demploi si leur patron leur impose de trop nombreuses heures surveiller, rparer et retendre les fils. Le problme des barbels est un tel classique de la mythologie de l'Ouest quil inspira Morris et Goscinny une bande dessine de LuckyLuke, Des barbels sur la prairie. 


> Suite