Le cowboy dans les westerns

un mmoire crit par El Lobo

Retour au sommaire

Troisime Partie

 

LE COW-BOY AU CINMA

 

II. TUDES DE FILMS

Conclusion

   

Ce nest dailleurs pas le seul film o un vacher se transforme an policier. Clint Eastwood subit les mmes avatars dans Hang them high (Pendez-les haut et court, 1968) de Ted Post. La scne douverture du film o Eastwood pousse un petit troupeau devant lui au travers dune rivire ne manque pas dallure. Sa pendaison rappelle un peu le problme voqu par The Ox-bow Incident, mais Ted Post nest pas W. Wellman et la suite du film, essayant de poser un problme cornlien dans un Far West influenc par les western spaghettis ne tient pas toujours ses promesses. Cest dommage.

 

 

Steve McQueen aussi porta les chaps et le grand chapeau dans Nevada Smith (H. Hataway, 1966). Son passage au milieu des cowboys est fort plausible: jeune homme cherchant retrouver les quatre hommes qui ont tu ses parents, Nevada Smith sengage dans une quipe de cowboys pour gagner quelque argent lui permettant de continuer ses recherches. Les cowboys dans le film ne sont qu'anecdotiques mais cest dans une cowtown que Smith retrouvera un des assassins et quil le tuera, au cours dune bataille au couteau, dans un enclos vaches entre les pattes des btes affoles.

 

 

McQueen nous prsente un cowboy fort crdible un dtail prs: il a gard ses mocassins de mtis, ce qui permettra une prostitue indienne de le reconnatre comme lun des siens. Les cowboys installs an ville reoivent la visite des filles. L'une delles dit Smith Les autres nont pas voulu de moi parce que je suis indienne). Baissant les yeux elle remarque les mocassins de Nevada et reconnat sa tribu leur facture. Smith se retourne aussi et regarde son tour les chaussures de la jeune indienne, mais celle-ci a depuis longtemps dlaiss les mocassins pour les escarpins rouges des painted women.

Ce dtail de mocassin sert peut-tre lintrigue, mais c est un type de chaussures incompatible avec le travail du cowboy et il est illogique que Nevada Smith ne porte pas une solide paire de bottes de cowhand, ou oreilles de mules par exemple comme celles de Burt Lancaster dans The Unforgiven.

 

 

Le propos de John Huston dans The Unforgiven (Le vent de la plaine, 1959), ntait pas de faire un film sur les vachers. Mais ses personnages exploitent un petit ranch familial, et ce sujet le film ne manque pas dtre intressant. Le petit ranch est bien dcrit, et surtout minutieusement reconstitu daprs dauthentiques documents dpoque : typique construction an bois et terre battue adosse, creuse dans une colline. La vache sur le toit en train de brouter lherbe nest pas une invention du scnariste mais la simple reproduction de la photo clbre dune famille de pionnier posant devant leur maison surmonte dune vache. Dans La grande aventure du western, Rieupeyrout a dailleurs runi les deux photos sur la mme page. Le style de vie du petit ranch est aussi bien racont : les relations entre voisins, lisolement loin de toute ville, lexcitation de tous larrive ou au dpart des drives, limpatience du jeune adolescent dsireux de participer un drive et denfin voir une ville et tous ses plaisirs. Lensemble des dtails est tout aussi soign: armement, vtement ( remarquer les bottes oreilles de mules et les  chemises d'poque trois boutons de Burt Lancaster.) et de belles scnes questres.

 Un film soign donc quant lauthenticit de laspect vacher. Il y eut beaucoup de ces petits ranches perdus dans la prairie, dont lavenir tait li au succs dun drive ou labondance des pluies. Certains disparurent, mais dautres sagrandirent, devinrent de grosses entreprises utilisant un nombre sans cesse croissant demploys. Dimmenses fortunes virent le jour au milieu des vaches ce fut le rgne des cattle-barons.


> Suite