Le cowboy dans les westerns

un mémoire écrit par El Lobo

Retour au sommaire

Deuxième Partie

 

MYTHOLOGIE

 

                                                Aux alentours de 1894, aux derniers soubresauts du Wild West, apparaissaient aux  Etats-Unis les premières machines à projeter des images animées. Le Kinétographe d'Edison aiguisa rapidement la curiosité des foules. Le spectateur regardait alors le film à travers des binoculaires après avoir garni la machine des pièces de monnaies nécessaires. Les inventions et les brevets se succédèrent rapidement et l’on passa du kinétoscope au vitascope, du biographe au cinématographe. Et c’est tout naturellement que ces inventions se tournèrent vers l'Ouest à la recher­che de folklore, de mouvement, d’une légende toute neuve rehaussée de surcroît des brillantes couleurs de l’actualité. La mythologie rencontra son moyen d’expression, mais le “western” n’avait pas attendu le cinéma pour naître.

 

 

I. LA NAISSANCE DU MYTHE

            L'Ouest naquit en 1492. Né de la soif d’or, de conquête et  du goût de l’aventure, il se hâta fort vite vers l’adolescence, une telle hérédité ne pouvant donner qu’un solide gaillard. Il fut nourri de rêves et d’actions, ce qui ne pouvait qu’étendre ses grands espaces, ses forêts, ses déserts. Il fut célèbres dés sa prime enfance, et offrit à l’Europe, qui en manquait, une nouvelle dimension.

 

 

Les récits d’explorateurs furent la mode et de nombreux voya­geurs écrivirent les premiers "westerns". Chateaubriand s'inspire  de son voyage en amérique en 1791 pour écrire un récit de voyage, puis en 1801 "Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert". Les lecteurs découvrent les paysages grandioses du Meschacebe (Mississipi), les bisons, les mocassins brodés de porc-épic et les tribus aux noms exotiques. James Fenimore Cooper prit pour cadre de ses romans les récents affrontements franco-anglais, établissant le type classique de "l'homme de la frontière" avec son personnage de Natty Bumpoo, dit "Bas-de-cuir, alias "oeil de faucon", l'homme à la longue carabine.  Le Nouveau-Monde entrait dans la littérature avec ses Hurons, ses Iroquois et ses Mohicans. La côte atlantique  colonisée, les forêts "pacifiées", 1’attention se tourna vers les derniers grands espaces de l’Ouest sauvage, encore inconnu. Les expéditions de Lewis et Clark furent suivies de nombreux écrits à caractère documentaire. Les journalistes et les peintres décrivaient les merveilles des grandes prairies et des montagnes Rocheuses. Des personnages hauts en couleurs alimentèrent l’anecdote, entrant rapidement dans la légende: Daniel Boone, Jim Bridger, James Bowie, Davy Crockett et Kit Carson enflammèrent l'imagination de la jeune Amérique. Héros américains par excellence, "bigger than life," leurs aventures furent contées dans de nombreuses revues, magazines, romans ou ballades.

 

 

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le processus de mythi­fication subit une intense accélération, due au développement de l’éduca­tion, des media et au besoin sans cesse croissant d’une nation toute neu­ve avide d’une histoire et d’une légende bien à elle. Bien que le phéno­mène des "western novels" soit par définition typiquement américain, il n'en reste pas moins tributaire de tous les grands mythes occidentaux à l’ori­gine des légendes européennes et du développement spectaculaire des romans populaires en Europe.

 

 

A l’enthousiasme d’Horace Greely et au classicisme de Fenimore Cooper succéda donc le dime-novel. Cette littérature à quatre sous offrait à ses lecteurs aventures et dépaysement, exaltant les héros des ballades traditionnelles suivant une thématique des plus simpliste. Pour beaucoup les dime-novels furent une mine d’or, et ce filon fut largement exploité. Epuisant les anciens héros, les auteurs se mirent à puiser dans l’actua­lité. Edwards Zane Carroll Judson, dit “Ned Buntline”, fut l’un de ces prolifiques auteurs qui contribua largement à la création d’un Ouest de légende, fabriquant le mythe de Buffalo Bill, du héros blanc tueur de méchants indiens, grand exterminateur de bisons. Kit Carson,  les frères James, les Dalton et Billy the Kid se lancèrent dans les plus fantastiques des aventures dans les pages de ces magazines aux couleurs criardes. Captain Jack, Wild Bill Hicock ou W.F. Cody, atteint de leur vivant par la publicité de leur légende, se produisirent sur scène, affublés du déguisement du parfait westerner. L'Ouest en se mythifiant se mystifiait déjà.


> Suite



© Copyright Western Movies 2004-2017